Évaluation de l’utilisation de produits phytopharmaceutiques à proximité des lieux accueillant des personnes vulnérables

Évaluation de l’utilisation de produits phytopharmaceutiques à proximité des lieux accueillant des personnes vulnérables

Auteur(s) : AUJOLLET Yvan, Gervais Valérie, LARGUIER Michel Editeur(s) : Conseil général de l'environnement et du développement durable (CGEDD) Date : 01/03/2019 Nombre de pages : 197 p. Nature du document : Rapport, Etude URL : Consulter le lien Thème : Cadres de vie et urbanisme favorables à la santé, Habitats et environnement intérieur Mots clés : Lieux d'accueil du public, Pesticide

« Presque tous les départements sont aujourd’hui dotés d’arrêtés préfectoraux destinés à la protection des établissements hébergeant des personnes vulnérables, sauf les DOM. La plupart de ces arrêtés suivent les instructions fournies par la DGAL, mais de manière minimaliste. Toutefois, les disparités observées ne sont pas justifiées, comme la loi le prévoit, par des adaptations aux spécificités locales : production, topographie ou urbanisation.

Pour répondre aux exigences de protection des personnes vulnérables, la mission formule des recommandations visant à :

  • simplifier et rendre cohérents les textes réglementaires et l’accès à l’information sur les catégories de produits phytopharmaceutiques ;
  • renforcer la sécurité des établissements sensibles en recommandant aux préfets, par circulaire interministérielle, l’adoption de mesures de protection complémentaires, en particulier l’instauration d’une distance minimale sans aucun traitement phytopharmaceutique près des établissements accueillant des personnes vulnérables ;
  • donner les moyens administratifs et juridiques aux DRAAF d’être plus efficaces dans l’exercice de leurs contrôles ;
  • rendre contraignantes les chartes départementales prévues par la loi EGAlim sur les engagements pour les mesures de protection des personnes habitant près des lieux traités ;
  • mettre en place sur tous les territoires un guichet régional unique de recueil des déclarations de dérive et organiser les liens entre services de l’État pour l’exploiter efficacement ;
  • rendre prioritaires, pour le déploiement des actions de réduction des dérives et pour l’attribution des mesures d’accompagnement, les parcelles agricoles jouxtant des établissements hébergeant des personnes vulnérables et des riverains ;
  • faciliter l’exploitation des données contenues dans les registres de traitements pour les enquêtes épidémiologiques et scientifiques, et construire des SIG pour les missions des DRAAF. » (Résumé éditeur)
Retour à la liste des ressources