Particules de l’air ambiant extérieur : Effets sanitaires des particules de l’air ambiant extérieur selon les composés, les sources et la granulométrieImpact sur la pollution atmosphérique des technologies et de la composition du parc de véhicules automobiles circulant en France

Particules de l’air ambiant extérieur : Effets sanitaires des particules de l’air ambiant extérieur selon les composés, les sources et la granulométrieImpact sur la pollution atmosphérique des technologies et de la composition du parc de véhicules automobiles circulant en France

Date : 16/07/2019 Nombre de pages : 118 p. Nature du document : Rapport, Etude URL : Consulter le lien

A partir d’une revue méthodique de la littérature scientifique, l’Anses confirme avec des niveaux de preuve forts, les effets sur la santé (atteintes respiratoires et cardiovasculaires et décès anticipés) liés à certaines composantes des particules de l’air ambiant dont les particules ultrafines, le carbone suie et le carbone organique. Aussi, l’Agence recommande de prendre en compte en priorité ces trois indicateurs particulaires dans les politiques publiques relatives à l’air. L’Anses confirme également avec des niveaux de preuve forts, les effets sur la santé de l’exposition à différentes sources d’émission en particulier le trafic routier, la combustion de charbon, de produits pétroliers et de biomasse et insiste donc sur la nécessité d’agir sur ces sources d’émission. Par ailleurs, au vu de la rareté des données, l’Anses recommande de poursuivre les efforts de recherche sur les effets sur la santé associés à d’autres sources de particules telles que l’agriculture, le transport maritime, l’activité aéroportuaire. Concernant les émissions de polluants issues du trafic routier, l’Agence conclut que les évolutions de technologies du parc de véhicules permettront une diminution plus ou moins marquée de la pollution de l’air ambiant selon les scénarios, mais qu’elles seront insuffisantes pour améliorer, à elles seules, la qualité de l’air ambiant dans les agglomérations. L’Anses recommande ainsi d’encourager la promotion des technologies alternatives et surtout la réduction du trafic, à travers notamment le renforcement des autres modes de mobilité, dans le cadre des politiques d’amélioration de la qualité de l’air. (Résumé éditeur)

Retour à la liste des ressources